Bienvenue 
 

  
En général : analyses et synthèses...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum des amis de mary lester Index du Forum -> MARY LESTER ET SON UNIVERS -> Les enquêtes de Mary Lester
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jean-Claude Colrat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2011
Messages: 924
Localisation: Orléans
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Ven 9 Jan - 16:13 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Voici une nouvelle rubrique pour éventuellement y poster des remarques qui seraient "transversales" sur plusieurs romans.
_________________
Amicalement à toutes et à tous. Jean-Claude.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jacques-Deric


Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2014
Messages: 6
Localisation: région parisienne
Masculin

MessagePosté le: Ven 9 Jan - 23:44 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Mary Lester
Structure de l'enquête

Une enquête de Mary Lester est habituellement structurée en 7 parties, qui s'enchaînent  selon une logique implacable.

1  Prologue

Mary Lester est convoquée chez son supérieur, qui lui demande de prendre la direction d'une nouvelle enquête.
Il peut s'agir d'un fait divers dérisoire, ou alors d'une grosse enquête où les collègues policiers ou gendarmes pataugent lamentablement et n'arrivent à rien.
L'enquête peut être non-officielle, à la demande d'une personnalité haut placée.
Cela peut même être une initiative de Mary Lester, qui aura entr'aperçu une bizarrerie discrète, que n'aurait pas remarqué d'autres personnes.

2  Développement

Mary Lester arrive sur les lieux du drame. Elle se promène, discute avec tous le monde, fait le tour des protagonistes, qu'il soient de près ou de loin liés à l'affaire.
Elle s'installe sur place, dans des petits hôtels de charme ou des pensions de famille. Elle fréquente les cafés, les restaurants, fait un peu de tourisme dans le secteur. Elle écoute beaucoup et questionne discrètement, si possible sans faire référence avec son appartenance à la police.

On assiste ici à un développement à la Simenon, avec une exposition des problèmes spécifiques de la pèche et des pécheurs (Marée blanche), des sociétés de chasse qui remplacent les groupes traditionnels (Mort au bord d'un étang). Cette partie permet de décrire de l'intérieur toute une micro-société avec ses traditions, ses règles et ses codes, sa façon de fonctionner en interne et/ou vis à vis de l'extérieur.

3  Premier soupçon

Au fur et à mesure de ses inquisitions, Mary Lester recoupe les informations, et se rend compte qu'un certain nombre de détails mineurs n'ont pas été relevés dans l'enquête officielle. Les différents témoins n'ont pas tout dit, ou alors ils mentent sur certains aspects. Et puis il y a le non-dit local, que tout le monde sur place connait  parfaitement, mais que les enquêteurs, qui viennent de l'extérieur ignorent totalement, et que les gens du cru s'abstiennent scrupuleusement d'évoquer, une sorte d'omerta à la sauce bretonne.

Mary Lester se rend compte qu'on lui ment, que les choses ne se sont pas exactement passées comme on le dit et le croit. Cela l'incite à continuer à fourrer son nez partout, comme un chien de chasse qui commence à flairer une piste. Il s'en suit une sorte de malaise, un trouble intérieur avec une intime conviction que notre chère héroïne n'arrive pas à formuler. Mary Lester doute toujours mais sent confusément qu'il y a quelque chose qui se cache, une anguille sous roche, une baleine sous graviers, une murène sous patate, ...

C'est à ce moment que sa hiérarchie lui demande d'arrêter les frais et de rentrer dare-dare dans son commissariat de Quimper. Mary Lester doit alors trouver une astuce pour contourner ses ordres et continuer son enquête sur place. Les ordres lui arrivent avec retard, elle prend ses vacances à ce moment, son téléphone portable est fermé, ...

4  Premier indice

A force de fouiner et de refouiner, Mary Lester finit par trouver une première contradiction, un indice insignifiant. Cela peut être un plomb de 4 alors que la cartouche normale ne contient que des plombs de 6 (Mort au bord de l'étang), un vieillard qui reste allongé une nuit sur le sol mais qui ne s'enrhume pas (Le testament Duchien), etc ...

Ce premier indice la confirme dans la nouvelle direction qu'elle donne à l'enquête, mais n'est pas suffisante pour justifier la poursuite de l'enquête. Mary Lester doit alors faire preuve d'une grande imagination pour ne pas désobéir aux ordres de sa hiérarchie tout en poursuivant ses investigations.

5  Première preuve

Les petits indices commencent à s'accumuler, les uns après les autres, et Mary Lester finit par convaincre ses collègues. D'abord un premier, en bas de l'échelle hiérarchique, puis deux, puis on arrive progressivement aux étages supérieurs.

Quelque fois seule, plus souvent avec l'assistance de ses collègues, Mary Lester met en évidence une première preuve, un argument irréfutable, qui démontre que sa direction d'enquête est la bonne.

6  Dénouement

Une fois les supérieurs hiérarchiques convaincus, tout va alors très vite. Les juges délivrent des mandats de perquisition, les policiers se déplacent en masse pour arrèêter les suspects. Devant les preuves accumulées par Mary Lester, les coupables sont confondus et finissent par avouer rapidement.

7  Epilogue

L'enquête bouclée, Mary Lester se retire alors sur la pointe des pieds.
Elle laisse à ses supérieurs le soin d'informer la presse et les medias.
Souvent, le bénéfice de l'enquête est directement laissé à ses supérieurs, ou a ses collègues, policiers ou gendarmes avec qui elle a travaillé.
Mais sa hiérarchie directe sait parfaitement que c'est elle qui a dénoué les fils de l'histoire et amené l'arrestation du ou des coupable(s).
_________________
Même les cactus font des fleurs ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jacques-Deric


Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2014
Messages: 6
Localisation: région parisienne
Masculin

MessagePosté le: Ven 9 Jan - 23:59 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Il s'agit ici d'une simple proposition, qui doit normalement ouvrir une discussion contradictoire sur le sujet.

J'ai rédigé ce texte sans me référer à un roman particulier, mais davantage sur une impression générale ...
Tout d'abord; les premiers opus ne respectent pas cette trame, qui se met petit à petit en place.

Et je ne suis même pas sur qu'une seule des aventures de Mary Lester suive exactement ce schema.
La seule chose doit je sois absolument certain, c'est que l'épilogue se passe après la visite initiale dans le bureau du commissaire Fabien ...
_________________
Même les cactus font des fleurs ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
JC


Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2013
Messages: 34
Localisation: Dinan
Masculin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Jeu 15 Jan - 16:45 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Bonjour,
Effectivement cette trame est plus ou moins celle de chaque ouvrage, genre oblige. Toutefois si l'on reprend le déroulement de chaque histoire il existe quelques modulations. Je pense également qu'il faut tenir compte du "dialogue" de l'auteur avec lui-même et des "cailloux" qu'il sème sur le chemin. Par exemple quand il note sans avoir l'air d'y toucher un élément d'apparence secondaire qui deviendra in fine le plus important. Dans les dogues de Saint Malo par exemple le rôle de la brume de mer, laquelle donne sens aux promenades sur la plage du Sillon. Pour ma part j'ai souvent l'impression que la résolution de l'affaire se fait au fur et à mesure de l'écriture, l'auteur étant aussi le premier lecteur.
_________________
Bien à toutes et tous
Si nous pensions tous la même chose nous ne penserions rien.
Revenir en haut
Jakez


Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2013
Messages: 89
Localisation: Val de Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鷄 Coq

MessagePosté le: Mar 27 Jan - 12:55 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Bonjour,

Effectivement, le déroulement des romans se déroulent grosso modo comme le décrit
Jacques-Deric ci-dessus.

Je m’aperçois aussi que Jean, comme tant d’autres, laisse au cours de ses réçits transparaître
un peu de lui-même. Je veux dire par là qu’il nous livre (peut être sans sans rendre compte)
quelques petits secrets. Par exemple, il paraît manifeste que Jean a une aversion pour la gente canine, on peut même en déduire qu’il doit en garder un mauvais souvenir. Dans le même genre mais c’est moins problable, l’auteur semble avoir une dent contre les porteurs de képi (gendarmes) ou alors il s’agit d’un malin plaisir pour entretenir une certaine guerre
des polices et mettre du piment dans ses histoires.

Par ailleurs, sans aucun doute, l’auteur est un grand spécialiste de tout ce qui touche à la mer, il nous sert des descriptions magnifiques avec un prolifique vocabulaire marin, là c’est un pur régal, on en redemande, on en apprend beaucoup.

L’auteur doit visiblement également être un fin gourmet au vu des bonnes tables que Mary fréquente. Voilà qui m’ammène à penser, ce qui ne m’étonnerait pas, que jean doit être un aussi un excellent cuisinier.

Ce que je viens d’écrire n’est qu’une image du ressenti et le résultât de mes déductions issues de mes lectures des enquêtes de Mary Lester. Ceci dit, j’ai peut-être tout faux, seul Jean, s’il le désire, pourra le préciser.

Cordialement,
Jakez
Revenir en haut
Jean Failler


Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2011
Messages: 130
Localisation: L'Ile-Tudy

MessagePosté le: Mar 27 Jan - 20:09 (2015)    Sujet du message: jean et les chiens Répondre en citant

On met forcément un peu de soi-même dans ses écrits, mais la façon dont cela est perçu par le lecteur est parfois déroutante, mon cher Jacques. Ainsi, j'ai eu de nombreux chiens (les derniers étaient des labradors) avec lesquels j'ai entretenu plus que de l'amitié. Lorsque ma dernière chienne est morte (à l'âge de 17 ans), j'ai pleuré comme un gosse et, pour éviter de connaître une nouvelle fois un tel chagrin, je n'en ai plus repris et je vous avoue qu'une présence canine me manque vraiment.
En revanche, je n'ai jamais eu de chat. (mais je n'ai aucune prévention contre cet animal.)
J'entretiens les meilleures relations avec les gendarmes de ma connaissance et lorsque j'ai besoin d'un renseignement pratique je reçois toujours un accueil sympathique à la gendarmerie (comme à la police, d'ailleurs).
Que ces deux corps aient parfois des relations difficile est une réalité mais employer à ce propos le terme de "guerre" me parait bien excessif. Pour ma part je ne m'y risquerai jamais, "rivalité" me semble suffisant.
Vous n'avez pas tout faux, Jacques, je connais mieux la mer et ses rivages que les bas fonds des banlieues et je m'en réjouis car c'est plus poétique à décrire et il me plaît mieux de vivre dans mon île que dans une grande ville.
Je ne pense pas être un fin gourmet au sens que l'on donne la plupart du temps à cette expression car, vice rédhibitoire pour qui prétend à ce titre, je ne goûte pas le vin ni les alcools. (Avec 3/4 de siècle au compteur, je n'ai jamais bu un verre de vin.)
Enfin, je ne suis pas non plus un fin cuisinier, mais j'apprête assez bien (aux dires de mes convives) les produits de la mer, ceci d'une façon très simple, sans afféteries, car, aux dires d'un grand cuisinier de mes amis, tout tient dans le choix du poisson (ou des crustacés et coquillage)
En cette matière, je dois l'avouer, j'en connais un rayon.
Voilà donc quelques petites précisions. 
Utiles ? Je n'en sais rien, vous en jugerez.
Bien à vous,
J. F.
Revenir en haut
Jakez


Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2013
Messages: 89
Localisation: Val de Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鷄 Coq

MessagePosté le: Jeu 29 Jan - 11:04 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Bonjour,

Ben mince, ceci est une démonstration éclatante que l'on peut facilement se tromper et qu'il faut impérativement se méfier
de ce que l'on ressent. Voilà pourquoi il ne faut jamais juger un individu sans preuve formelle.

Merci Jean pour ces éclaircissements.

Cordialement,
Jakez
Revenir en haut
Jean-Claude Colrat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2011
Messages: 924
Localisation: Orléans
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Jeu 29 Jan - 11:53 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

C'est ça le talent de l'écrivain... Très heureux
_________________
Amicalement à toutes et à tous. Jean-Claude.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jacques-Deric


Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2014
Messages: 6
Localisation: région parisienne
Masculin

MessagePosté le: Lun 6 Juil - 19:34 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Mary  Lester
Approche du personnage

Dans tout roman policier digne de ce nom, il y a toujours un (sinon plusieurs) détective(s) au sens large. C'est d'ailleurs ce qui définit le genre.

Il peut s'agir d'un policier en activité (Maigret, Juve) ou à la retraite (Hercule Poirot), d'un gendarme, d'un détective privé (Nestor Burma), d'un journaliste (Rouletabille), d'un amateur (Sherlock Holmes, Miss Marple, les romans de Boileau & Narcejac), d'un amateur aristocrate (John Mannering alias Le Baron), sinon d'une personne située de l'autre coté de la barrière (Arsène Lupin) qui devra en conséquence lutter sur deux fronts.

Pour résoudre le problème, le détective devra utiliser toutes les ressources à sa disposition, officielles ou non officielles, et surtout les petites cellules grises chères à Hercule Poirot. Dans le genre, une enquête qui se résoud toute seule avec les moyens habituels de la police ne présente aucun intéret. L'écrivain devra donc corser la question en jouant sur la complexité de l'intrigue, les fausses pistes, la duplicité des personnages et leurs mensonges, sinon une présentation plus ou moins biaisée pouvant aller jusqu'à la falsification comme dans Le crime de Roger Ackroyd, où la romancière (Agatha Christie) utilise avec virtuosité les techniques de manipulation pour détourner l'attention du lecteur (Wikipedia).

Un des principaux ressorts du roman policier consiste à jouer sur les contrastes, en choississant un enquêteur qui n'a pas le moins du monde la tête de l'emploi.
Par exemple, il peut être jeune et relativement inexpérimenté : Roulletabille qui compense ses défauts avec la fougue de sa jeunesse.
Ou alors d'un petit personnage assez fallot et très imbu de lui-même tel Hercule Poirot.
Autre cas, il peut s'agir d'une enquêtrice, comme Miss Marple, agée et très discrète, ou alors caractérielle et forte en gueule comme Imogène.

Dans ses romans policiers, Jean Failler a particulièrement joué sur le contraste : son détective est du sexe dit faible, jeune et relativement discrète et effacée. Dans la plus grande partie des enquêtes, elle bénéficie cependant du statut d'officièr(e) de police, mais elle peut être également journaliste free-lance. Dans ce cas, elle a conservé ses relations professionnelles pour continuer à bénéficier des informations des services de police, cela aide un peu.

Quand Marie Lester commence une enquête, les témoins la prennent pour tout ce qu'on veut, une étudiante, une vacancière, une assistante sociale, ... bref tout, sauf un officier de police. Cela se révèle un atout dans la mesure où elle inspire facilement confiance et sait faire parler les gens, ce qui lui permet de recueillir des informations cruciales auxquelles les policiers qui ont la tête de l'emploi ne peuvent pas accéder.

Pour compenser de tels handicaps, Mary Lester a également besoin de leviers spécifiques :
1) Ses carte et  plaque de police, pour prouver sa qualité, et son arme de service, dont elle use le moins possible.
2) Sa connaissance approfondie du droit et du code pénal.
3) Un sens de la répartie et une ironie perfide, maniés à un degré tel que ses interlocuteurs se demandent souvent si elle est vraiment demeurée ou si elle se moque ouvertement d'eux. Et perdus dans leur doute interne, ils se trouvent incapables de lui répondre dans un sens ou dans l'autre.
4) Son intuition et un bon raisonnement, qui ne sont jamais (?) mis en défaut au cours de l'enquête.
5) Ses collègues qui sont là pour compenser ses faiblesses : Fortin pour l'usage de la force, Passepoil pour l'informatique et les subtilités d'Internet, l'appui de ses supérieurs hiérarchiques ... en particulier le commissaire Fabien qui la soutient même s'il faut pour cela faire une légère entorse à la loi, et ces appuis hiérarchiques précieux peuvent remonter jusqu'aux plus hauts sommets de l'Etat !

Face à Mary Lester, on va trouver des personnages qui se caractérisent par une très forte personnalité, et tentent tout d'abord de réduire Mary Lester au silence et à l'impuissance.
On trouve nombre de policiers et de gendarmes bourrus et/ou misogynes.
Des personnages politiques et des notables qui la prennent de haut.
Des femmes de la haute société qui se révèlent pourvues de véritables langues de vipère.
Dans ce genre de situation, Mary Lester et tout d'abord agressée verbalement, sinon physiquement (Jipi au secours !), mais progressivement, en révélant des observations pertinentes qui mettent en évidence des contractions patentes chez ses interlocuteurs et en utilisant à bon escient son sens assez développé de la répartie, elle finit à la fin par réduire ses adversaires au silence, ou même à les retourner comme des crêpes de blé noir.

Dans le personnage de Mary Lester, je retrouve des lointaines réminiscences de certains personnages classiques.

Chez Mary Lester, je retrouve du Imogène Mc Carthery (Charles Exbrayat), autre héroïne celtique (écossaise), devenue Imogène Le Dantec en traversant la Manche. En particulier quand Mary Lester se lance dans la répartie et finit par clouer le bec à ses antagonistes. Mais Imogène est très visible (grande et rousse), et elle ne se contente pas de se défendre, car elle attaque tout ce qui autour d'elle bouge et n'est pas écossais. Dans l'adaptation télévisée, Imogène est devenue bretonne et s'oppose à l'adjudant-chef Trouillet.

Il y a du James Bond, non par le coté séducteur et effets spéciaux, mais par le fait que James Bond s'attaque seul à des individus beaucoup plus forts que lui, quand ce ne sont pas des organisations criminelles très puissantes, avec les moyens dérisoires que lui fournit son employeur (la couronne britannique), et qu'à la fin, il n'arrive à sauver sa peau et à vaincre ses adversaires qu'en mobilisant toutes ses ressources physiques et surtout mentales. C'est par exemple particulièrement le cas dans le roman L'homme au pistolet d'or.

Mais le personnage que je trouve dans l'esprit le plus proche de Mary Lester, c'est Prudence Crowley, alias Tuppence Beresford (jeu de mot sur two pence - voir l'opéra de quatr'sous = The tree penny opera), le personnage féminin de la série Le crime est notre affaire d'Agatha Christie. Autant Tommy Beresford, le fiancé puis le mari de Tuppence est timoré et rationnel, autant Tuppence est vive, prend l'initiative et n'hésite jamais à se lancer sans aucune hésitation dans l'aventure la plus saugrenue sinon la plus dangereuse.

El l'amour dans tout cela ? Comme dans la quasi totalité des romans policiers, les intrigues se prêtent assez mal au grand amour, et notre chère héroïne se retrouve la plus part du temps esseulée, celibataire, ou alors loin de son soupirant du moment ... ce qui lui permet quelque fois de s'essayer avec plus ou moins de bonheur au subtil et dangereux jeu de la séduction !

A présent, à vous de jouer ...

Quelques références :

Arsène Lupin - Maurice Leroux
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arsène_Lupin

Boileau & Narcejac
http://fr.wikipedia.org/wiki/Boileau-Narcejac

Hercule Poirot - Agatha Christie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hercule_Poirot

Imogène McCarthery- Charles Exbrayat
https://fr.wikipedia.org/wiki/Imogène_McCarthery
https://fr.wikipedia.org/wiki/Imogène_(série_télévisée)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Exbrayat

James Bond - Ian Fleming
http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Bond
https://fr.wikipedia.org/wiki/L'Homme_au_pistolet_d'or_(roman)

Juve - Fantomas - Souvestre & Allain
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fantômas

John Mannering - Le Baron - Anthony Morton
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Baron_(livre)

Tuppence et Tommy Beresford - Le crime est notre affaire - Agatha Christie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tommy_et_Tuppence_Beresford

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Meurtre_de_Roger_Ackroyd

Miss Marple - Agatha Christie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Miss_Marple

Nestor Burma - Léo Malet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nestor_Burma

Rouletabille - Gaston Leroux
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Rouletabille

Sherlock Holmes - Conan Doyle
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sherlock_Holmes
_________________
Même les cactus font des fleurs ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
GeorgesS
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2011
Messages: 396
Localisation: St Laurent du Var (06700)
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq

MessagePosté le: Lun 6 Juil - 22:51 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Bravo et merci pour cet excellent exposé ! J'avoue aimer Mary Lester telle qu'elle est, simple, directe, droite, mais malicieuse, et surtout extrèmement féminine. Même si parfois elle essaie de nous démontrer le contraire !
Dans le catalogue  des auteurs de romans policiers que tu nous proposes (j'ai bien compris qu'il n'est pas exhaustif) je te soumets le héros d'Andrea Camilleri, le commissaire Montalbano, dont les amours sont encore plus .… perturbées que celles de Mary !
J'en profite pour rendre hommage à cet auteur italien (ou bien faut-il dire sicilien ?) qui va sur ses 95 ans !
Amicalement,
Georges
Revenir en haut
pierre


Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2015
Messages: 4
Localisation: Saint Trojan
Masculin Cancer (21juin-23juil) 猴 Singe

MessagePosté le: Sam 22 Aoû - 15:04 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Grazie mille Georges pour cette allusion à Salvo Montalbano aux amours compliquées avec Livia , grand amateur de bonne chère et séducteur impénitent à ses heures .


Mary Lester me semble trop parfaite : un sens de la répartie qui cloue le bec à ses interlocuteurs , des intuitions toujours pertinentes , séduisante , brillante et pleine de bons sentiments ... On rêverait tous d'avoir une telle fille .
Il lui manquerait peut-être quelques petits défauts ? Ce qui la rendrait plus humaine . A côté d'elle les autres personnages paraissent fades : Fortin un peu demeuré , Fabien vieux et dépassé , les gendarmes lourdauds , Mercantoni défaitiste . Mary est un véritable volcan qui occulte les autres personnages .
A quand une Mary jeune maman qui doit amener son fils à la crèche , une Mary bedonnante obsédée par sa ligne (je constate que dans la croix des veuves , elle se nourrit beaucoup de salade verte ) , une Mary plus intéressée par sa superbe décapotable italienne que par son travail . 
Idem pour le Dr Charpentier , très clean . 


Ceci dit , on ne critique que ceux qu'on aime bien . J'ai lu ailleurs un résumé des inexactitudes de l'auteur dans la croix des veuves . Un roman policier à mon sens n'est pas une thèse et cela n'apporte rien de le disséquer . Le résultat seul compte et il est au rendez-vous .


Alors continuez ainsi monsieur Failler , la perfection n'est pas de ce monde .


Ken avo .
Revenir en haut
Jean-Claude Colrat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2011
Messages: 924
Localisation: Orléans
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Sam 22 Aoû - 16:03 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Merci aussi à Jacques pour son intéressant exposé très-bon

Dans le genre pas parfaite du tout j'aime bien Kinsey Milhone, l"héroïne de l'abécédaire du crime de Sue Grafton:

http://les-amis-de-mary-lester.xooit.fr/t227-L-abecedaire-du-crime-par-Sue-…
_________________
Amicalement à toutes et à tous. Jean-Claude.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
wombat


Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2014
Messages: 18
Localisation: ici
Masculin

MessagePosté le: Dim 23 Aoû - 08:57 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

pierre a écrit:

J'ai lu ailleurs un résumé des inexactitudes de l'auteur dans la croix des veuves . Un roman policier à mon sens n'est pas une thèse et cela n'apporte rien de le disséquer . Le résultat seul compte et il est au rendez-vous .




+++
Revenir en haut
Michel D
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 23 Aoû - 11:57 (2015)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses... Répondre en citant

Mais alors, sans discussions, ce forum n'aurait pas lieu d'exister ???  Embarassé
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:36 (2017)    Sujet du message: En général : analyses et synthèses...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum des amis de mary lester Index du Forum -> MARY LESTER ET SON UNIVERS -> Les enquêtes de Mary Lester Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
lpch_blue par Leparachute
forum des amis de mary lester Index du Forum